Avocat

je suis avocate

un drôle de métier

pour certains, défenseur des coupables

menteur

tricheur

bourgeois riche influent

MAIS POUR MOI

l’avocat est celui qui défend

OUI

l’accusé devant la justice pénale, en cours d’assises c’est l’image d’épinal

ou encore celui qui défend des grosses sociétés ou un ensemble d’actionnaires

ce n’est pas cette qui m’a appelée à jouer dans ce jeu particulier mais plutôt l’autre image romantique du défenseur de la veuve et de l’orphelin

l’avocat défend

le faible

l’accusé, face au pouvoir

la victime face à celui qui lui a fait du mal

celui qui est poursuivi pour un problème de roulage, et qui tremble à l’idée de perdre son permis, parce que cela lui ferait perdre son boulot

celui qui a été victime d’un accident de roulage, et qui souhaite que ses souffrances morales et physiques soient reconnues

celui auquel une banque, un hôpital, une société de logement, une société de vente par correspondance …

réclame des montants faramineux, qu’il ne pourra jamais payer de toute sa vie

celui qui a prêté un montant à un « ami » qui refuse de rembourser

celui qui est séparé de son conjoint et qui veut continuer à exister dans la vie de ses enfants

celui qui a fui un pays où il ne fait pas bon vivre – où sa vie et sa liberté, sa santé, l’avenir de ses enfants ont peu de valeur, et que notre Etat veut expulser

celui qui a pris en location un logement insalubre dont le propriétaire refuse toute amélioration, mais exige le paiement du loyer

le propriétaire qui voit son logement vandalisé par un locataire qui ne paie même plus son loyer

l’avocat ne fait pas qu’un travail technique : cela un livre, des conseils sur internet… peuvent le faire

l’avocat prend la dimension humaine de son client, tente de le comprendre au mieux, de lui expliquer dans quel jeu on joue – le jeu de la société – qui sert tout à la fois de porte parole, de porte voix, de bouclier, de béquille, de conseiller technique

quand ce n’est pas de psy, d’assistant social ou de médecin – il n’est pas aisé de refuser ces rôles pour lesquels il n’a pas de compétence – ce n’est pas facile parce que la personne est en demande pressante, et parce que l’avocat ne connaît pas nécessairement les relais, alors la frontière peut être franchie … c’est le lot de tous les professionnels “aidants”

ceci dit, chaque fois qu’un avocat défend quelqu’un, une crapule, une victime, un « bizarre », un pot de terre ou un pot de fer,

il défend chacun d’entre nous, parce qu’il défend chaque droit qui nous est reconnu…

et aussi

comme tout un chacun, un avocat est avant tout un être humain

comme tout un chacun, il est lié à ses origines, son éducation, ses choix de vie, ses espoirs, ses besoins

pour moi, être avocate, c’est avant tout être à côté de personnes fragilisées

je sais pourtant que parfois, je suis “instrumentalisée”, que celui que je défends m’utilise dans un but parfois peu avouable

mais comme la boule de cristal que j’avais commandée avec ma robe et mes premiers codes ne m’a jamais été livrée, je ne peux compter que sur mon bon sens pour ne pas tomber dans ce piège…

j’ai parfois aussi l’impression de n’être qu’un alibi, j’agis dans un système inégalitaire dans une société inégalitaire – mon intervention peut donner l’impression que tous sont égaux devant la loi…

c’est sans doute une vision idéalisée de mon métier, mais c’est simplement la manière dont j’essaie de l’exercer, jour après jour

depuis plus de vingt ans, j’apprends mon métier, les institutions, les gens

je n’aurai jamais fini d’apprendre

normal, j’agis dans l’humain

 

Publicités
Cet article a été publié dans UN PEU DE TOUT. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Avocat

  1. joss dit :

    Bonsoir…
    ben oui, un p’tit tour de E.T. du forum tricotin….
    J’apprécie toute la sensibilité que je trouve dans tes images et textes…
    Mais une p’tite question, Avocate, d’un « Dr orthopédiste-psychologue-Maboule » et humanitaire à la retraite… comment fais-tu pour défendre… par exemple un mec qui a violé une jeune fille ou une femme??? ou un pédophile, ou un mec qui a tué des vieux pour leur voler leurs quelques sous…. ou…… j’en passe… et même si j’ai discuté x fois avec des copains ou copines-avocates, ou travailler avec qq’uns, je me pose toujours la question. Bien sur, on peut toujours arguer de l’enfance du prévenu, etc… Mais, j’ai des enfants, et je ne sais pas ce que je ferai si un sale mec les touchait par exemple… alors les défendre!!! dur dur.
    Evidemment, heureusement qu’il y en a qui peuvent, je peux couper une jambe ou enlever un oeil, faire une prothèse ou autre…et je sais que d’autres ne peuvent pas, mais c’est pour la vie pas pour défendre quelqu’un qui a brisé celles des autres…
    excuz-moi… mais c’est qqchose de très dur à comprendre pour moi.
    joss-ET

    • chardondoux dit :

      Bonjour,
      j’apprécie toujours la question, parce qu’elle permet d’expliquer – même si la réponse n’est pas toujours comprise

      Je vais te faire une réponse schématique, dans un premier temps, mais je ne demande pas mieux que d’y revenir, tant je suis attachée à ma profession – ce que je présente ici est ma vision – les principes fondamentaux sont les mêmes pour tous, mais la manière de les appliquer peut évidemment être différente

      1. toute personne est présumée innocente, jusqu’à ce qu’un juge l’ait déclaré coupable – donc il est d’autant plus important de la défendre que l’accusation est grave
      2. n’importe qui peut un jour ou l’autre être accusé de bricoles ou de choses graves…
      3. je considère que mon rôle, face à un dossier pénal, est de conseiller au client de ne pas contester l’incontestable – pour le reste, de faire en sorte qu’une condamnation ne puisse être prononcée que sur des preuves suffisamment solides – enfin, il est vrai que ce qui est à juger est une personne qui a commis tel acte : on doit donc tenir compte à la fois de l’accusé, de son passé, de son présent, de son éventuel avenir, de l’importance des faits, de la victime etc…

      Tu prends l’exemple des abuseurs d’enfants…. ils ont souvent eux-mêmes été abusés – cela n’excuse rien – mais cela explique – c’est mon rôle pour tenter d’obtenir de la compréhension, en sachant que le procureur se charge de l’intérêt de la société, la victime de son dommage et le Juge de faire l’équilibre entre tous ces intérêts contradictoires…
      je ne suis donc pas seule à « jouer dans ce jeu » , heureusement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s