Je quitte le Barreau… et je m’éclate

Je m’éclate, je m’éparpille, je cours un peu partout comme une poulette sans tête..

Depuis un peu plus de 2 ans, sans doute en réaction à mon marasme professionnel, j’ai tenté des aventures :

La première : inscription à un cours de couture : création de chapeaux.  J’y ai été encouragée par ma belle fille, qui s’y inscrivait et je ne l’ai pas regretté : chaque mercredi, je savourais le fait de me retrouver dans la classe, où je n’avais rien d’autre à faire que … faire des chapeaux : pas de ménage en retard, pas de dossier urgent, pas de téléphone, pas de visite impromptue… le pied!

Quelques mois plus tard, j’ai osé : j’en rêvais depuis longtemps, mais tout bas.  J’étais admirative devant ces créations magiques : je me suis inscrite à un cours de dentelle aux fuseaux! C’est pas beau ça?

Mes modestes débuts (je ne parviens pas à faire des photos correctes)

 

 

Enfin, après avoir visité l’académie des beaux arts de ma ville lors des journées portes ouvertes de l’an dernier (mon boubou y suit le cours de peinture), j’ai découvert un cours de création textile… et en septembre, je me suis inscrite.

Les débuts – qui ont duré plusieurs mois – ont été difficiles : comment osais-je me lancer dans la création?  Je ne suis pas artiste, je n’ai pas de fibre créative ou créatrice, comme l’on veut.

Et puis, j’ai compris que créer n’est pas, comme je le pensais bêtement, le fait de faire quelque chose à partir de rien.  Ce sont sans doute mes cours de religion d’enfant qui m’ont fait donner ce sens à ce mot! Stupide.

Un être humain ne peut créer qu’à partir de tout ce qu’il a reçu dès avant sa naissance, de sa culture, de son éducation, de son environnement.  A cela s’ajoutent ses traits de caractère : sa capacité à recevoir tout cela, une curiosité plus ou moins grande, le cocktail personnel qu’il fera de tout cela, le goût d’essayer encore et encore.

J’apprends donc à regarder ce qui se fait, ce qui m’entoure avec une des arrières pensées.  J’emmagasine.  J’apprends à laisser tout cela se fondre en moi, se mélanger avec tout ce que j’ai déjà reçu et ce que je suis.

J’apprends des techniques nouvelles tissage, feutrage, utilisation de l’hydrosoluble et du thermorétractable … dans l’esprit de créer un ouvrage lié à un thème choisi en début d’année, et en mélangeant toutes les techniques textiles que l’on souhaite.

Pour l’instant, je tente de terminer mon cahier d’atelier, qui doit présenter toute l’évolution de ma recherche et de mon travail depuis le début de l’année, et mon tissage.  Bien des erreurs, sur le plan technique (les lisières!!!) mais aussi dans le choix des fils et des couleurs.  Mais j’apprends, j’en suis encore au point où je suis incapable d’imaginer ce que donnera tel ou tel essai.  J’ai une imagination complètement irréaliste…

DSCN0903

DSCN0908bon, j’y retourne

Publicités
Image | Cet article a été publié dans AU BOUT DU FIL, LE FIL DE LA VIE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Je quitte le Barreau… et je m’éclate

  1. mamyli2 dit :

    Coucou chardon doux ! quel plaisir de te lire :!quel beau chemin parcouru ! et comme je suis contente pour toi ! tu as enfin réussi à te débarrasser de tes ….culpabilités disons ! et comme je t’envie ! j’aime toujours autant te lire, quelle belle leçon de vie que ton parcours ! !peut être qu’un jour j’atteindrai aussi mon inaccessible étoile ! !mais le chemin n’est pas toujours facile …même si je le pave au quotidien à l’aide de mon blog, de bons petits plats et de douceurs diverses ! Bonne route à toi sur ton nouveau chemin , bises !

    • ODETTE dit :

      distraite je suis! je viens de remarquer le bouton « réponse » – un tout grand merci – je t’ai envoyé un mp sur supertoinette –

  2. Nouky/claudie44 dit :

    Que c’est beau ce que tu fais !

  3. B. Géraldine dit :

    Courageux ! et parfois nécessaire ! bravo ! Tu ne te laisses pas complètement abattre, c’est super ! Merci de partager avec nous !

    • ODETTE dit :

      je ne pense pas que ce soit si courageux que cela – il faut simplement une bonne dose de « yaka » – de plus, quand on n’en peut plus d’un boulot – que faire d’autre que de se réorienter? en plus, il n’y a pas de sacrifice financier, puisque je n’ai jamais été vraiment rentable…

      les projets se mettent peu à peu à surgir plus concrètement

      merci de ton attention en tout cas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s