Couleurs : betterave

J’ai vu sur tricofolk que l’on pouvait obtenir différentes couleurs avec la betterave : jaune – pêche – abricot – rose – beige rosé -, notamment :  Véronelle http://verolaine.blogspot.fr/p/blog-page_20.html obtient du jaune avec du jus de fermentation de la betterave (6 mois en lactofermentation) + oxyde de fer et cuisson – sur le forum, elle dit avoir du rose pâle avec le jus fermenté et cuisson.

Le 16 novembre, j’ai découpé une betterave devenue trop molle et l’ai mise dans de l’eau (eau de citerne) – elle trempouille dans la cuisine, donc au chaud –

Vu le prix des papiers ph, j’ai pensé faire l’acquisition d’un phmètre – j’en avais vu un pas cher sur amazon, mais mon boubou a préféré aller en chercher un chez le marchand de poissons (non, pas à la poissonnerie!) – j’ai testé l’eau de mes betteraves : ph 4 – alors que l’eau qui sort du robinet (citerne) est à 8 et l’eau de ville à 7,5.

Je vais donc essayer de faire différents essais en étant bien appliquée : penser avant (pour ne pas gaspiller mon jus) et bien tout noter –

Sur son site « le repaire des couleurs » http://eleonoremoine.weebly.com/secrets-de-fabrication, Eléonore Moine explique la teinture par macération : elle y écrit :

« Si mon choix est de commencer juste avec l’eau et les plantes, le vinaigre stabilisera mon liquide à un ph suffisamment acide  et permettra aux plantes de délivrer leurs pigments sans risquer une décomposition préjudiciable à la couleur.  Le bain doit travailler en milieu acide sans toutefois le devenir trop en dessous un ph de 3.5, les végétaux se conserveraient parfaitement mais aucune teinture ne serait possible. On peut garder le bain dans cet état très longtemps et il suffit juste de faire remonter son ph au moyen de chaux par exemple pour qu’il soit propre à teindre. L’idéal d’acidité se trouvant entre 4 et 5. »

Et plus loin : « Certaines matière sont traitées par l’eau froide, d’autres l’eau chaude voir une ébullition, certaines auront besoin de dissolution acide, d’autres alcaline ou saline, certaines nécessitent une fermentation lactique, d’autres l’action d’enzymes ou une longue macération.

Certaines matières tinctoriales auront besoin de température pour se fixer d’autres ne la supporteront pas.

C’est la matière colorante qui impose le mode opératoire. »

Donc déjà difficulté, il va me falloir déterminer quelles plantes ont besoin de quel type de traitement :

  • possible par macération (selon ma compréhension, à froid)
  • macération acide/alcaline

Elle précise également : « Certaines plantes auront exclusivement besoin d’une macération pour être efficace en teinture et obtenir des couleurs éclatantes et plus solides (sureau yèble, phytolaque et la plupart des plantes à baies contenant des colorants anthocyane), mais aussi le rumex si l’on désire en obtenir des bleus. »

D’autres plantes seront mixtes et pourront être aussi bien utilisées en fermentation et/ou macération qu’en bain avec cuisson préalable (la plupart des feuilles, fleurs, écorces, racines). « 

Si je comprends bien ces paragraphes, il y a

  • dans un premier temps les méthodes d’extraction des différentes matières colorantes contenues dans une plante
  • dans un deuxième temps les différentes manières de fixer ces couleurs sur la matière à teindre

Et c’est la plante qui détermine les deux processus.

J’ai lu que les baies devaient macérer en bain acide.

Mais dans un post sur tricofolk, Taty Lauwers écrit : « Michel Garcia, qui m’a appris que les écailles de la laine ne s’ouvrent pour accueillir la couleur que à un température supérieure à 40°C OU en bain alcalin > 8.  Quand je teins la laine dans mes expériences écono-logiques (généralement non mordancées), je fais toujours l’un ou l’autre: soit je trempote deux minutes dans une lessive de cendres de notre feu ouvert (souvent plutôt 9 que 12), soit je chauffe le bain à 40°C (pas plus).  » http://forum.tricofolk.info/forum/viewtopic.php?id=14496

Pour la betterave, j’ai lu que des résultats ont été obtenus par Véronelle avec une macération « lactofermentation » – et ensuite cuisson – pour l’instant, ma betterave macère dans de l’eau (sans sel) –

Donc à voir :

  • vérifier combien de temps laisser macérer ma betterave
  • ramener le liquide à ph X (lequel?)
  • ensuite y plonger un peu de laine, mais après l’avoir trempée dans un bain alcalin?
  • laisser tremper combien de temps?  je pense avoir lu qu’il faut observer… qu’à partir d’un certain temps, la couleur n’est pas plus intense – il faut à ce moment refaire des bains si on veut plus intense

 

 

 

Publicités
Cet article, publié dans TEINTURE, UN PEU DE TOUT, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s