Teintures, suite….

Il y a plus d’un an que je m’intéresse aux teintures et en particulier à la teinture végétale (depuis que j’ai reçu la toison de grenache).

J’ai fait des essais dont certains m’ont beaucoup plu : curcuma (il paraît que cela ne tient pas à la longue, on verra), pelures d’oignon, feuilles de figuier (un peu pâle, le résultat, mais qu’est-ce que ça sent bon) fleurs de carottes sauvages … et brou de noix, en teinture à chaud.  J’ai aussi eu de jolis résultats avec la teinture alimentaire.  Mais, comme dab, mal noté…

Mais je suis intéressée par la teinture par macération pour son côté moins coûteux en énergie.

J’ai donc décidé de tenter une récap pour moi des différentes méthodes et fait une recherche sur le forum tricofolk et les spécialistes de la question sur ce forum – j’ai du brou qui macère gentiment – des pelures d’agrumes – des pelures et noyaux d’avocats – tout cela ne me paraît pas pourrir… (j’ai tenté les fanes de carottes, mais là, ça chlinguait tellement que je m’en suis débarrassée – je vais essayer de comprendre pourquoi).

Au mois d’août, j’avais ramassé chez un de mes enfants des bogues de noix encore vertes, et je les ai mises dans l’eau – après je ne sais plus quel délai, j’y ai plongé de la laine que j’a retirée ces derniers jours – je l’ai laissée sécher à fond – ensuite je l’ai rincée – je viens de préparer un seau avec de l’eau assaisonnée d’un peu de jus de clous et un autre avec un peu de « jus de cuivre » que j’ai préparé de la même manière que le jus de clous.  J’attends que l’eau soit à même température que ma laine pour y tremper une partie dans chaque seau(le robinet qui sort l’eau de citerne est automatiquement chauffée, ce qui m’oblige à la laisser refroidir – il faudrait d’ailleurs trouver un autre système pour pouvoir utiliser l’eau de citerne froide – c’est trop de gaspillage).

Mon premier essai – j’ai laissé 5 min dans quelques  cuillères à soupe de ma soupe de clous dans de l’eau – n’a rien donné.

Mon deuxième essai avec 2 à 3 verres de liquide – 5 minutes aussi – n’a rien donné non plus

Un de mes problèmes est que c’est de la chimie, et que je n’y connais rien.

Je suis née en 1951, j’ai 3 années de « gardiennes » comme on disait à l’époque, 6 ans de primaire, ensuite direction latin-grec.  Je n’ai jamais été une élève fortement préoccupée d’être la première – j’ai fait partie des « peut mieux faire » – je n’ai jamais eu l’impression de travailler beaucoup, mais j’aimais assez l’école : j’étais curieuse d’apprendre.

En arrivant en humanité, nous avons eu de la géométrie : j’adorais cette logique des théorèmes qui se terminaient par CQFD.  Nous avons eu de l’algèbre, que je trouvais très amusante.  Ainsi sont passées les 3 premières années du secondaire.

Arrivée en 3ème (et oui, on comptait à l’envers de mon temps), ça a été une autre chanson: la prof de math donnait son cours de manière mécanique et ne comprenait pas ce que nous ne comprenions pas –

J’étais excitée à l’idée d’étudier la physique, la chimie et la biologie, mais j’ai vite déchanté : un des profs nous a gentiment précisé que ces cours ne nous étaient pas donnés pour nous apporter des connaissances…

J’ai été très vite larguée, me suis détournée des maths … et voilà

Je suis furieuse contre l’école, celle de mon jeune temps et celle d’aujourd’hui.

Cela explique ma difficulté à trouver des explications compréhensibles pour moi : qu’est-ce que la soupe de clous?  Un liquide contenant de la rouille, oui, mais encore …

Pour traiter la laine, il est beaucoup question de ph (j’ai mis un an à retenir quoi est basique – ou alcalin – et quoi est acide).  Je commence à repérer ce qui rend acide ou basique.

Et alors…. Si j’ai bien compris, lorsqu’il est question de macération acide, il faut à un moment relever le ph de la macération pour y mettre la laine : mais pourquoi?

Pour que le liquide n’abîme pas la laine?  Ou parce que c’est la condition pour que la mixture teigne la laine?

Ensuite, si j’ai bien compris toujours, il faut repasser la laine en milieu basique : mais pourquoi?  toujours pour la laine ou pour parfaire la teinture?

A rechercher… sur tricofolk, mais aussi sur le site de taty lauwers, qui fait beaucoup de recherches dans beaucoup de domaine – elle est tout le temps en questionnement, ce qui me plaît beaucoup (http://certainslaimentchaux.be/140809macerations.html)

 

Publicités
Publié dans TEINTURE, TEINTURE : mes essais, UN PEU DE TOUT | Tagué | Laisser un commentaire

Teintures… mes expérimentations

Il y a plus d’un an que je m’intéresse aux teintures et en particulier à la teinture végétale (depuis que j’ai reçu la toison de grenache).

J’ai fait des essais dont certains m’ont beaucoup plu : curcuma (il paraît que cela ne tient pas à la longue, on verra), pelures d’oignon, feuilles de figuier (un peu pâle, le résultat, mais qu’est-ce que ça sent bon) fleurs de carottes sauvages … et brou de noix, en teinture à chaud.  J’ai aussi eu de jolis résultats avec la teinture alimentaire.  Mais, comme dab, mal noté…

Bon, je vais essayer d’être moins brouillonne – j’ai commencé un cahier (un vrai, en papier) où j’ai noté mes premières tentatives … mais je m’aperçois par la suite que j’ai été trop vague… de plus, si j’aime écrire, surtout avec un porte-plume, un texte complètement raturé, avec de nombreux renvois à droite et à gauche, devient complètement incompréhensible.

Je vais donc tenter de mettre ici ce que je fais, comment je le fais, et le résultat obtenu.

Deux grosses difficultés : UN : bien tout noter … DEUX : mettre des photos vraiment ressemblantes.

Allons-y donc pas à pas, comme dans nos ballades en montagne.

Premier billet : j’ai enfin réussi à marquer un tissu de soie avec des feuilles d’eucalyptus!!! VICTOIRE!!!

Mes deux premiers essais n’avaient rien donné.  Or j’avais vu en vrai plusieurs tissus traités avec cette plante, et le résultat me plaisait beaucoup.  Je voulais donc y arriver.

Le procédé utilisé aujourd’hui :

  • une bande de soie déjà teintée avec du brou de noix, mais avec à peine 3 h de macération pour les bogues, et environ 1/4 d’heure de trempage du tissu : couleur jaune/vert pâle, qui a foncé lors des deux tentatives précédentes – la cuisson je suppose
  • cette bande de soie a déjà été utilisée pour les tentatives précédentes, qui n’ont pratiquement laissé aucune trace (juste quelques traces légèrement brunâtres)
  • j’ai étendu la soie – j’y ai déposé des feuilles d’eucalyptus et des pelures d’oignons de manière aléatoire, sur la moitié de la longueur
  • j’ai replié en 2
  • j’ai aspergé de vinaigre (j’ai failli oublier de le noter!!!)
  • j’ai roulé avec un « boudin » de papier essuie-tout (je n’ai pas de bâton ou rouleau ou quoi que ce soit de rigide pouvant entrer dans ma casserole à pression – mais j’ai un morceau de tuyau genre de ceux qui amènent l’eau qui est trop long, je m’en sers pour mes tentatives de shibori : je vais essayer d’en avoir un plus court – l’intérêt est que ce matériau supporte la chaleur et ne prend pas la couleur)
  • j’ai ligoté dans le sens de la longueur de mon boudin, ensuite roulé le boudin et bien ligoté
  • dans la casserole à pression pour 2 h 30
  • je n’ai pas eu la patience d’attendre et j’ai déballé tout de suite

Résultat : des formes de couleur orange/rouge et d’autres plus claires … le tout est cependant « brouillé » alors que j’aurais voulu voir les formes des feuilles.

LECONS pour la prochaine fois:

  • ne plus mélanger les deux végétaux – je trouve que les couleurs ne se marient pas bien
  • trouver le moyen de protéger le tissu quand je le roule, pour éviter que les différentes forment se mélangent (sauf si c’est le résultat recherché) : vérifier si le plastique « fraîcheur » tiendrait lors du passage en casserole à pression (je sais qu’il résiste quand je prépare mon foie gras, mais je suis incapable de me rendre compte des différences de T° entre ces deux « cuissons ».

Pour les photos, il faudra que j’y revienne pour essayer d’avoir une bonne lumière.

 

Publié dans TEINTURE, TEINTURE : mes essais, TEXTILE | Tagué | Laisser un commentaire

Chouette, j’en suis arrivée à bout…

J’ai eu envie de confectionner un petit ensemble pour Méline (presque 6 mois).  J’ai farfouillé dans mes tissus, en ai choisi deux.  J’ai ensuite farfouillé un peu partout pour trouver des modèles : une petite blouse, un bloomer et un chapeau.

J’ai finalement choisi la robe à empiècement rond d’Eléonore sur le blog de coupe couture (là : http://www.coupecouture.fr/2012/07/robe_a_empiecement_rond_deleon.html)

le bloomer de petit citron (http://www.petitcitron.com/index.php/patrons-de-couture/vetements-de-bebe/bloomer#.VZvol0XpIUU)

et un bonnet de soleil trouvé sur le site purlbee (http://www.purlbee.com/2014/04/08/corinnes-thread-baby-sunbonnet/)

Pour la blouse, j’ai dû fabriquer le patron – j’ai dû aussi beaucoup faire, défaire (beaucoup trop grande) et refaire (empiècement mal placé), mais j’y suis arrivée.  Pour les 2 autre pièces, cela a été plus simple.

 

DSCN1398J’ai pu le donner aujourd’hui – j’espère qu’il lui ira très bien.

Publié dans AU BOUT DU FIL, TEXTILE | Laisser un commentaire

Couleurs… suite

J’avais quand même envie de retrouver le chemin qui m’a amenée dans la marmite de la teinture… et j’ai creusé dans mes souvenirs.

Ma toute première expérience de teinture date de l’adolescence, une tentative de tie and dye (idée venue de l’école ou des guides, sais plus), et je ne me souviens plus du tout de ce que j’ai fait.  Par la suite, j’ai fait des tentatives de teintures de vêtements avec du dylon mais j’ai toujours été déçue du résultat (notamment de l’impossibilité d’obtenir que les couture faites en fil polyester prennent la teinture).

Je l’ai redécouverte à l’occasion de mes pérégrinations sur la toile, et notamment de la recette de teinture à l’oignon qui se trouve sur tricotin.  J’ai commencé à conserver les pelures d’oignons il y a au moins 2 ou 3 ans…

Ensuite, une tentative de teinture au café sur un morceau de vieux (mais alors … vieux de chez vieux) drap, en lin ou coton, je ne sais pas les différencier (honte à moi – je voudrais apprendre).  C’était au moment où j’ai découvert le crochet freeform : je voulais me faire un sac … mais je m’étais mis en tête d’y ajouter de la broderie … et il est toujours en attente … c’est bien moi ça…

DSCN1346tout chiffonné, il est rabouloté depuis près d’un an!

Plus tard, je suis allée chez Féed’automne pour apprendre à trier une toison, et elle m’a montré la teinture alimentaire : je suis revenue avec un peu de laine teinte d’un très joli bleu… Merci, Féed’automne!  Mais mais, avec une partie de cette laine, j’ai tenté de filé – ça a bien marché jusqu’au retord… c’est tout moche

Dans le même temps, j’ai découvert sur Tricofolk les teintures naturelles, et j’ai fait quelques essais : brou de noix (impec)

feuilles de figuier : ça sent bon, mais à peine changé la couleur de ma laine (du roux ardennais)

pelures et noyau d’avocat : la mixture a macéré tout l’hiver – j’ai rincé avec difficulté : j’aurais dû soit envelopper les pelures et noyaux dans une étamine, soit ma laine.  La également, la couleur de ma laine a peu changé.  J’ai ensuite filtré le jus et fait chauffer avec la laine dedans, ainsi qu’une bande de soie.  Laissé cuire environ une heure.  A la sortie, une teinte beige légèrement rosée.

pelures de citrons clémentines et oranges : même chose : macération tout l’hiver – un liquide beurk – rinçage – … et un bien joli jaune orangé

Je n’ai pas encore pris les photos, mais je ne suis pas certaine d’arriver à capter les couleurs compte tenu de mes qualités limitées comme photographe

Parallèlement, un apprentissage de la teinture à l’académie : curcuma – oignons (notamment rouges : beauuuuu) – bois de campêche – tie and dye (shibori) avec de la teinture chimique – teinture aux glaçons – traitement des tissus teints à l’alun, au sulfate de fer et au sulfate de cuivre –

Et j’ai refait mes propres essais à la maison : je trouve ces expériences très enrichissantes, mais il faut énormément d’humilité pour accepter que le résultat ne corresponde pas aux attentes, et aimer les découvertes, les inattendus.

Quelques  essais de « tie dye » :

diverses manières de nouer, lier …. le tissu avant de le teindre – utilisation de teinture chimique

DSCN1366

DSCN1363

DSCN1350

 

 

 

 

 

DSCN1364

DSCN1365

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici, réalisation de trois tapis de jeu pour les petits enfants …

DSCN1349

DSCN1348

 

 

 

 

 

DSCN1354

DSCN1353

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici, utilisation de peinture pour tissu :

DSCN1361 DSCN1362

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ici, réalisation de foulards :

DSCN1359

 

teintures alimentaires pour la base (rose) ensuite réserves et teinture en bleu –

ma façon de réaliser les réserves (couture, pourtant très serrée n’a pas fonctionné et je n’ai conservé que peu de traces de la teinture de base – j’ai donc réalisé un « nervure » avec un fil de la même couleur

 

DSCN1358teinture alimentaire rose comme base – ensuite, la bande de soie a été enroulée autour d’un tuyau pvc, entourée d’un fil, resserrage de l’ensemble et nouvelle teinture alimentaire : le même mélange que pour le précédent – étonnant, non?

le résultat me plaît assez : la soie reste plissée

DSCN1356détail

 

 

DSCN1352

 

 

 

nouvel essai : base : teinture à l’avocat

même enroulage que le précédent, et reteinture chimiqueDSCN1351

 

 

 

 

 

 

 

Ce n’est qu’après de nombreuses expériences que l’on peut envisager d’obtenir un résultat bien précis.

To be continued….

 

Publié dans UN PEU DE TOUT | Laisser un commentaire

Couleurs…

Je ne sais pas ce qui m’a pris…

                                                       Je ne sais plus quand ça m’a pris…

Je ne sais pas pourquoi cela me plaît tant…

Ma dernière tentative :

Un coupon de voile de coton, passé au curcuma et ensuite avec des réserves en teinture à l’oignon :

DSCN1336

 

et un coupon de soie, même technique

DSCN1338

Je suis contente

Entretemps, j’ai testé le shibori avec des teintures chimiques – mais les photos n’ont pas encore été prises…

Publié dans UN PEU DE TOUT | 2 commentaires

Pinterest m’énerve!!!

Petit coup de gueule… ben oui, pourquoi pas?

Comme beaucoup, je suis devenue addict de Pinterest – je ne l’utilise pas comme un réseau social, mais comme une bibliothèque d’images qui m’intéressent dans toutes sortes de domaines, beaucoup plus facile à utiliser que mes marque-pages…

Je sais que je mets une partie de ma vie privée sur le net… mais bon… tant pis

Mais une chose que je ne supporte pas, c’est le fait que certaines images que je trouve sur pinterest ne peuvent être relayées via le site d’origine : on reçoit le message :

« Lien bloqué

Désolé ! Nous avons bloqué ce lien parce qu’il peut ouvrir une page avec un contenu indésirable. En savoir plus  »

Cela arrive fréquemment avec le site liveinternet.ru, qui regorge de modèles magnifiques.

Je pense que des âmes chatouilleuses y ont trouvé l’une ou l’autre chose « choquante » et ont fait bloquer le site…. J’ai bien cherché (eh oui… l’attrait de l’interdit :)) mais rien trouvé.

M’énerve.

Je peux enregistrer le modèle sur pinterest, mais pas via le lien d’origine, ce que je trouve choquant.

Le voici :

orang_collar

 

 

 

 

 

 

 

L’est pas beau?  Je l’ai trouvé en tapant le nom du site belvetlace.ru.  Difficile d’en savoir plus, je ne lis pas le russe.  Mais je vais m’y intéresser et utiliser la fonction google traduction (bien rigolote).

Voilà, je suis calmée.

 

Publié dans AU BOUT DU FIL, GRRR! | 4 commentaires

Il faut y croire…

Publié dans MOI, MES RACINES, MES REPERES, MON INNACCESSIBLE ETOILE, UN PEU DE TOUT | 1 commentaire